Anne Besson : qu’apprend-t’on dans “La Fantasy” ?

Anne Besson, auteure de La Fantasy
En répondant à 50 questions sur la fantasy, Anne Besson invite ses lecteurs à (re)penser la fantasy. Elle refuse le jargon scientifique et propose une analyse claire et précise qui veut casser les préjugés. À force de répondre à des questions apparemment naïves de type : « La fantasy commence-t-elle avec Tolkien ? », « Faut-il utiliser un terme anglais ? »…, l’essai gagne en profondeur au fil des chapitres. Ainsi, avec La Fantasy, Anne Besson propose un ouvrage intelligent et enrichissant. Voilà 200 pages très bien pensées pour expliquer la fantasy.

bravo anne Besson

Qui est Anne Besson ?

L’auteur de La Fantasy, Anne Besson est une chercheuse, agrégée et docteur en Lettres. Elle est maître de conférences en Littérature générale et comparée à l’université d’Arras (Artois). Elle est spécialisée dans le genre de la littérature de l’imaginaire, notamment la fantasy et la science-fiction… Anne Besson est aussi membre du Centre d’Etudes et de Recherches sur les Littératures de l’Imaginaire.  Elle a écrit de nombreux articles sur JRR Tolkien et son influence sur la fantasy contemporaine.

Autant dire qu’elle connaît son sujet…

formation anne besson

La Fantasy d’Anne Besson : un ouvrage attractif et bien réalisé

Le premier atout de l’essai d’Anne Besson est qu’il est très accessible. Il est découpé en questions simples, ce qui le fait gagner en clarté et permet de facilement se retrouver.  L’auteure écrit en évitant du  jargon universitaire et privilégie une approche ludique. Les informations sont toujours documentées, illustrées d’exemples précis. Enfin, l’index permet de se repérer à travers de nombreuses références. Seul bémol : il est parfois un peu complexe à utiliser car les titres sont rangés soit par titres originaux (pas toujours connus du lecteur), soit par titres français.
La Fantasy d'anne Besson : un bon livre

Science-fiction ou fantasy ?

L’un des moments que j’ai trouvé particulièrement interessant fut la question « Comment distinguer fantasy et science-fiction ? ». Que vous soyez familier avec ces genres ou non, vous avez peut-être déjà remarqué que certaines oeuvres sont difficilement catégorisables. Ou alors que les chercheurs ne sont pas d’accord avec la catégorie utilisée. Ainsi, pour la fantasy, il faut savoir différencier “high fantasy”, “dark fantasy”, “heroic fantasy”, “la fantasy épique”, “la romantic fantasy”…
Fantasy un genre difficile à définir
Pour répondre à sa question, Anne Besson propose « de définir les genres par l’appréhension qu’en ont leurs lecteurs ». En effet, si on observe l’attitude des lecteurs, celui de SF serait « vigilant », et « méfiant » alors que celui de fantasy peut être plus « confiant » et « paresseux ».
Grâce à cette définition, elle classe les space operas d’aventures — comme Star Wars — et les BD Thorgal et Lanfeust de Troy dans le genre fantasy. Or, Star Wars se joue dans l’espace avec une technologie avancée, Thorgal vient des étoiles et la magie dans Lanfeust découle de pouvoirs psi… On peut donc aussi juger qu’il s’agit de livres de science-fiction.
Avec cette définition de la fantasy et de la science fiction, Anne Besson fait donc une proposition innovante. Connaître un auteur et sa façon d’écrire peut donc modifier la façon de le lire et la catégorisation des lecteurs.
A quoi bon chercher à distinguer des sous-genres au sein de la science-fiction? On a déjà du mal à se mettre d’accord sur la définition d’un genre, alors aller couper les cheveux en quatre, est-ce bien raisonnable?
Anne Besson, pour un MOOC sur la science-fiction
Quoiqu’il en soit, avec cet ouvrage, Anne Besson propose un agréable essai pour qui veut s’initier ou réfléchir à la fantasy.
anne Besson livre la fantasy

Passionnée par la Fantasy depuis mon plus jeune âge. J'ai passé mes premières années à me balader en forêt, persuadée qu'un jour je trouverai un oeuf de dragon (merci Eragon). Après cela, j'ai lu Ewilan et j'ai cru qu'en me concentrant assez j'arriverai à matérialiser mes pensées. Enfin, à 11 ans, je me suis dit que mes espoirs allait finalement payer et que j'allais recevoir une lettre qui m'enverrait à Beauxbatons... Comme rien de tout cela n'est arrivé, j'ai acquis deux convictions. 1- que la poste avait perdu ma lettre. 2- que la magie la plus simple à maîtriser resterait sans doute celle procurée par la découverte d'un bon livre fantasy. J'ai d'ailleurs fini par écrire mon propre livre, monter un site, mais ça, c'est une autre histoire...

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *