Freaks’ Squeele : une BD hilarante, un scénario original et un style affirmé

couverture du tome 1 de freaks' Squeele

En cette période de confinement, on s’est dit que vous auriez plus de temps pour bouquiner, voir bookvorer donc on s’est remotivé pour vous ajouter tout plein de contenus. J’ai voulu commencer ce cycle avec la critique de la BD qui m’a le plus fait rire cette année : Freaks’ Squeele.

couverture du tome 1 de freaks' Squeele
Couverture du tome 1 de Freaks’ Squeele

Petit teaser de Freaks’ Squeele

Imaginez une école qui formerait de futurs super-héros… Non je ne parle pas de Poudlard… Je parle bien de l’univers proposé par Florent Maudoux.

En ouvrant son livre, vous découvrirez un monde où des universités forment de futurs justiciers masqués à maîtriser leurs invraisemblables pouvoirs ET à contrôler leur image dans les médias.

Nous allons suivre les extravagantes aventures de « Chance » une démonette, « Xiong Mao » (mon personnage préféré), l’étudiante modèle qui n’a aucun pouvoir mais qui est une acharnée du travail et « Ombre » un loup garou resté coincé sous sa forme animale…

À la Faculté des Etudes Académiques des Héros (FEAH), nos trois étudiants vont découvrir les joies de la vie universitaire, la concurrence sans pitié des autres étudiants, les manipulations d’un directeur d’école sadique et le stress des examens.

 

Un mélange d’influence réussi

Freaks’ Squeele s’inspire de la BD européenne et asiatique, du comics et  aussi du cinéma ( en alternant à foison les détails et les angles de vue). Les plus geek d’entre vous apprécieront sans doute les nombreux clins d’oeil et références que Florent Maudoux parvient à parsemer dans cette ouvrage sans pour autant empiéter sur l’histoire.

 

Un scénario drôle et original

Une chose qu’il faudra accepter dès maintenant, c’est le second degré. Vous aurez des aventures rocambolesques, des situations absurdes car l’objectif de Florent Maudoux dans cette saga c’est avant tout que vous vous amusiez !

Au fur et à mesure des pages, on en apprend plus  sur le passé des personnages qui vont tous un peu évoluer au fur et à mesure des tomes.

Vous pourrez vous délecter de leurs histoire un certain temps puisque chaque tomes (il y en a 7, sans compter les spin-off ) est doté d’un nombre important de pages. Le tome 1 comporte 144 pages.

Il faudra d’ailleurs noter que le rythme est bien soutenu et que vous ne vous ennuierez jamais.

Mettez-y vous dès maintenant !

 

Bonne lecture

Passionnée par la Fantasy depuis mon plus jeune âge. J'ai passé mes premières années à me balader en forêt, persuadée qu'un jour je trouverai un oeuf de dragon (merci Eragon). Après cela, j'ai lu Ewilan et j'ai cru qu'en me concentrant assez j'arriverai à matérialiser mes pensées. Enfin, à 11 ans, je me suis dit que mes efforts allaient finalement payer et que j'allais recevoir une lettre qui m'enverrait à Beauxbatons... Comme rien de tout cela n'est arrivé, j'ai acquis deux convictions. 1- que la poste avait perdu ma lettre. 2- que la magie la plus simple à maîtriser resterait sans doute celle procurée par la découverte d'un bon livre fantasy. J'ai d'ailleurs fini par écrire mon propre livre, monter un site, mais ça, c'est une autre histoire...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *