De quand date le livre fantasy ?

origines de la fantasy

Par erreur, on fait souvent remonter la naissance de la fantasy à l’Antiquité, en effet tous les mythes et épopées contiennent leur part de merveilleux. Cependant, à cette époque, les notions de fiction et d’histoire n’étaient pas les mêmes que celles que nous avons désormais. Les récits fondateurs comme l’Iliade, l’épopée de Gilgamesh ou la Bible servaient autant de supports historiques que de fictions. On ne racontait pas l’histoire de la même façon qu’aujourd’hui. Ainsi, dans cet article, nous reviendrons sur les origines de la fantasy.

dragon : Origines de la fantasy

Définir la fantasy

La fantasy propose des récits de fiction. Dans ce genre, le merveilleux, le magique et l’extraordinaire font partie de l’infra-ordinaire. Ils composent cet univers et définissent ces lois. Ils sont intégrés par les protagonistes qui ne sont pas surpris par ces phénomènes.

Dans son essai,  Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques ? Neil Gaiman, un auteur de fantasy britannique, écrit :

“La fiction peut vous présenter un monde différent. Elle peut vous emmener où vous n’avez jamais été. Une fois que vous aurez visité d’autres mondes, comme les gens qui ont goûté au pays des Fées, vous ne vous satisferez plus entièrement du monde dans lequel vous avez grandi. Le mécontentement est une bonne chose : des gens mécontents peuvent modifier et améliorer leur monde, le laisser meilleur, le laisser différent. […] Revenons sur la fiction. J’entends qu’on emploie ce terme comme s’il s’agissait d’une mauvaise chose. Comme si la fiction « d’évasion » était un opiacé bon marché auquel s’adonnent les gens troublés, les idiots et les dupes, et que la seule fiction qui vaille la peine, pour les adultes ou les enfants, soit la fiction mimétique, qui reflète le pire du monde dans lequel se trouve le lecteur. Si vous étiez prisonnier d’une situation impossible, en un lieu désagréable, avec des gens qui vous veulent du mal, et qu’on vous offre une évasion temporaire, pourquoi ne saisiriez-vous pas ? Et voilà tout simplement ce qu’est la fiction d’évasion : une fiction qui ouvre une porte, montre qu’il fait soleil dehors, vous procure une destination où vous contrôlez les choses, où vous vous retrouvez avec des gens avec lesquels vous voulez être (et ne vous y trompez pas, les livres sont des lieux réels) ; et, chose plus importante, durant votre évasion, les livres peuvent aussi vous apporter des connaissances sur le monde et sur votre situation, vous fournir des armes, vous doter d’une armure : des choses bien réelles que vous pourrez rapporter dans votre prison. Des méthodes, du savoir et des outils que vous pourrez employer à vous évader pour de bon”.

neil gaiman : origines de la fantasy
Neil Gaman

Retrouver ci-joint, la version PDF complète de l’essai de Neil Gaiman : Pourquoi-notre-futur-depend-des-bibliotheques

Les origines de la fantasy

Pour trouver les origines de la fantasy, il faut attendre les années 1850.  En effet, même si beaucoup de personnes qui veulent valoriser le genre tentent de faire remonter les origines de la fantasy à l’antiquité (avec les épopées  l’Iliade et l’Odyssée en Grèce Antique, le Mahâbhârata en Inde, le roman de chevalerie du Moyen-Âge ou même les textes sacrés comme la Bible et le Coran), il serait plus juste de faire remonter les premiers textes à la Renaissance. À cette période, le conte est l’un des genres à la mode. Or, il est tout à fait juste de considérer que le conte fait partie d’un mouvement plus vaste qui a contribué à façonner la fantasy contemporaine. En effet, beaucoup de contes puisent dans le folklore et les mythes. On peut ainsi considérer que tous les mouvements de collecte de contes populaires et l’intérêt que ce genre suscite, annoncent la naissance de la fantasy et son succès.

conte fée : les origines de la fantasy

Les critiques littéraires s’accordent à voir naître la fantasy au XIXème siècle avec l’auteur écossais George MacDonald qui écrit Phantastes en 1858 et The princess and the Goblin en 1872. Dans le même mouvement, la musique classique s’empare de thèmes relevant du merveilleux, du folklore et du mythe pour donner naissance à des oeuvres qui inspireront fortement de nombreux auteurs de fantasy. On cite généralement la tétralogie de Richard Wagner : L’Anneau du Nibelung (1869) qui va s’inspirer de la mythologie germanique et de la mythologie nordique.

C’est seulement au XXème siècle que le style se répand vraiment. En France, on parlera du roman Les Centaures d’André Lichtenberger, paru en 1904. Ce livre fantasy met en scène une préhistoire imaginaire où centaures et tritons cohabitent avec les premiers hommes. En Angleterre, de nombreux livres de fantasy sont publiés. Il y a notamment : Le serpent Ourobors d’E.R Eddison (1922), La Fille du roi des elfes de lord Dunsany (1924), L’Épée dans la pierre de T.H White qui va puiser son inspiration dans la légende du roi arthur, etc. Le roman fantasy de T. H. White sera d’ailleurs adapté en 1963 par les studios Disney, pour devenir Merlin l’enchanteur.

À la même période aux États-Unis, on note la création des revues Pulp (1890).  Elles publient de nombreux romans et nouvelles appartenant au genre de la littérature de l’imaginaire. Weird Tales, une revue Pulp consacrée à la fantasy va publier les nouvelles du cycle de Conan le Barbare de Robert E. Howard (l’un des fondateurs de l’heroic fantasy).

Enfin, il faut noter le livre de la romancière australienne Pamela L. Travers, en 1934, qui donne vie à une gouvernante-magicienne : Mary Poppins.

En 1950, la fantasy est un genre connu mais peu reconnu, réservé à quelques connaisseurs du genre. Tout change avec Le Seigneur des anneaux de J.R.R Tolkien (1954-1955) qui connaît un succès public et critique immense. Ce livre fantasy devient le modèle (l’archétype) du roman médiéval-fantastique. Tolkien ré-invente le genre…

Vous voilà désormais briefé sur les origines de la fantasy ! Si vous avez une question à poser ou si vous souhaitez que nous développons quelque chose dans un prochain article, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Passionnée par la Fantasy depuis mon plus jeune âge. J'ai passé mes premières années à me balader en forêt, persuadée qu'un jour je trouverai un oeuf de dragon (merci Eragon). Après cela, j'ai lu Ewilan et j'ai cru qu'en me concentrant assez j'arriverai à matérialiser mes pensées. Enfin, à 11 ans, je me suis dit que mes espoirs allait finalement payer et que j'allais recevoir une lettre qui m'enverrait à Beauxbatons... Comme rien de tout cela n'est arrivé, j'ai acquis deux convictions. 1- que la poste avait perdu ma lettre. 2- que la magie la plus simple à maîtriser resterait sans doute celle procurée par la découverte d'un bon livre fantasy. J'ai d'ailleurs fini par écrire mon propre livre, monter un site, mais ça, c'est une autre histoire...

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *