Qui est JRR Tolkien ?

JRR Tolkien : auteur du seigneur des anneaux et du hobbit

John Ronald Reuel est un écrivain, philologue, poète et professeur d’université, mais vous le connaissez certainement mieux sous le nom de JRR Tolkien. Il est né en 1892 à Bloemfontein et mort le 2 septembre 1973 à Bournemouth. Tolkien est mondialement connu comme étant l’auteur de Le Hobbit et du Seigneur des anneaux.

 

JRR Tolkien en bref

JRR Tolkien résumé de sa vie

Après de longues études à Birmingham puis à Oxford et son service militaire lors de la Première Guerre mondiale, JRR Tolkien devient l’assistant d’un professeur d’anglais en 1920. Il est professeur de vieil anglais puis de langue et de littérature anglaises à Oxford. Il ne prendra sa retraite qu’en 1959. Sa carrière universitaire illustre son appétence pour les langues et son amour de la littérature. Il va d’ailleurs dynamiser l’étude du poème anglo-saxon Beowulf lors d’une conférence auquel il participe en 1936 : Beowulf : Les Monstres et les Critiques. En effet, Tolkien s’oppose à l’opinion générale de son époque, qui considère cette œuvre comme un simple document historique.  JRR Tolkien voulait que l’on s’attarde plus sur la valeur esthétique du poème. De même, le milieu universitaire reconnaît la qualité de son essai Du conte de fées (1939) qui traite de l’origine et de la fonction des contes.

La naissance des livres de Tolkien

C’est en 1910 que JRR Tolkien commence à écrire pour son plaisir. Il construit toute une mythologie autour de langues qu’il invente. Peu à peu, l’univers se profile jusqu’à aboutir à la Terre du Milieu que nous connaissons aujourd’hui. Tolkien fait lire ses ébauches aux  Inklings : les membres de son cercle littéraire informel. Ce sont des professeurs d’Oxford qui s’intéressent à la littérature fantastique. Tous l’encouragent à continuer.

En 1937, JRR Tolkien publie Le Hobbit. La féerie et la tonalité très optimiste de son livre parvient à séduire un public très jeune. Ce n’est qu’en 1955 que Le Seigneur des anneaux est publié. Cependant, cette suite se distingue de la première : la tonalité est plus sombre. Dans les années 1960, cette suite connaît un succès retentissant, notamment sur les campus américains.

Plus tard, JRR Tolkien essaie de retracer la mythologie de la Terre du Milieu en se lançant dans Silmarillion, un roman qui sera publié à titre posthume. Son fils Christopher Tolkien se sert d’anciennes notes de  son père pour continuer à publier des textes inédits.

 

Un hommage unanime

Hommage JRR Tolkien
Convention Seigneur des Anneaux

Tolkien n’est pas le premier auteur de fantasy mais le succès international de son oeuvre et l’originalité de son travail fait qu’on considère qu’il a « ré-inventé » (La Fantasy, Anne Besson) ou dynamisé ce genre. Pour beaucoup, JRR Tolkien est considéré comme le « père » ou l’un des « pères » de la fantasy contemporaine. Son œuvre a eu une très grande influence sur des générations d’auteurs après lui.

Un amour des mots

Amour des mots de JRR Tolkien

En 1905, après la mort de sa mère (diabète), Tolkien continue ses études à la King Edward’s School.  Il s’intéresse énormément à la philologie : l’étude historique des langues grâce à l’analyse et la critique des textes anciens. Ainsi, il apprend le vieux norrois afin de pouvoir découvrir l’histoire de Sigurd Œil  de Serpent.

En octobre 1911, Tolkien entame ses études classiques à Oxford. Il continue la philologie. Il s’initie également à la langue gotique et au finnois afin de lire Kalevala (une épopée du XIX). Les auteurs classiques grecs et latins l’ennuient et seule la philologie comparée trouve grâce à ses yeux. En 1913, JRR Tolkien décide de changer de cursus et de s’intéresser à la littérature anglaise. Sa majeure devient la philologie scandinave.  Dans les années 1930, il va commencer à s’intéresser à l’espéranto.

Pendant sa carrière de professeur, JRR Tolkien donne de nombreux cours sur les poèmes héroïques, divers textes en vieil et moyen anglais ainsi que sur la philologie.

Tolkien et « la Grande Guerre »

 « Être emporté en pleine jeunesse par 1914 n’a pas été une expérience moins abominable qu’en 1939… en 1918, tous mes amis proches, sauf un, étaient morts. »
JRR Tolkien

JRR Tolkien et la grande guerre

Ce sont les mots que J.R.R. Tolkien employait quand les critiques analysaient Le Seigneur des Anneaux comme une réaction à la Seconde Guerre mondiale.

Il serait peut-être plus intéressant de rapprocher l’oeuvre de l’auteur de fantasy du traumatisme qu’il vécut lors de la 1ère Guerre Mondiale. C’est d’ailleurs ce que tente de faire John Garth dans Tolkien et la Grande Guerre. Le biographe a étudié les papiers personnels de l’auteur afin de montrer que l’expérience de la Grande Guerre a nourri l’oeuvre fantasy tokinienne.

 

Un monde de brute

Quand la Grande Guerre éclate, JRR Tolkien a 22 ans et étudie à Oxford. Avec 3 autres camarades, il a fondé le Tea Club and Barrovian Society : un club de réflexion artistique. Aucun des membres ne veut partir en guerre mais les soldats anglais sont d’office volontaires. Deux des membres fondateurs du groupe périront à l’issue de la guerre de 14-18. Pour John Garth, les 4 fondateurs partis en guerre sont comme les quatre Hobbits du Seigneur des Anneaux, qui partent inconsciemment pour une aventure meurtrière.

JRR Tolkien amis morts au combat

JRR Tolkien au combat

« Les gentlemen sont rares parmi les officiers, et les êtres humains même sont rares »

JRR Tolkien

JRR-Tolkien et la 1ere guerre mondiale

C’est en juin 1916 que JRR Tolkien est envoyé en France, au cœur de la très violente bataille de la Somme. Il expérimente l’ennui, la saleté, et la maladie.  Il observera les pires manifestations de ce que l’homme à offrir. Mais également des actes d’héroïsme désespérés qui l’émouvront et  l’inspireront pour le personnage de Sam Gamegie. On peut être un héros vaincu. Les guerres en comportent leur lot, tout comme les livres de Tolkien.

On ne revient jamais d’un voyageJRR Tolkien n'aime pas l'industrialisation

Le 8 novembre 1916, JRR Tolkien est atteint de la fièvre des tranchées. Il est rapatrié en Angleterre.

Mais le monde dans lequel il revient a  profondément changé. Beaucoup de ses amis sont morts au combat. Il observe également les effets du débuts de l’industrialisation. Après avoir profondément impacté la guerre qu’il vient de subir, le machinisme et la modernité transforment peu à peu les paysages de son enfance.

La contemplation de la nature : une vraie source d’inspiration

Pendant l’été 1911, Tolkien part en vacances en Suisse. Fait anecdotique s’il n’était pas revenu sur ce voyage dans une lettre qu’il écrit en 1968.  Ainsi, il explique comment ce voyage l’a inspiré pour l’écriture du Hobbit quand il parle de « la dégringolade le long des pierres glissantes jusque dans le bois de pins ». De même, il explique  que Silberhorn, un sommet en Suisse l’a inspiré pour « la « Corne d’Argent (Celebdil) » de mes rêves» du Seigneur des anneaux.

On voit également l’amour de JRR Tolkien pour la nature avec les Ents (les esprits de la forêt) du Seigneur des anneaux. Ils finissent par partir en guerre contre Saruman : « Un ennemi aimant la machine ».

JRR Tolkien et la nature

La nuit, il rêve de veiller sur Gotham, Paris, Toulon... N'importe quelle ville qui fera de lui son héros... Mais dans la journée il est rédacteur pour livre-fantasy.fr et aime lire, jouer aux jeux-vidéo, faire du sport, sortir avec ses amis...